Attention: Vos enfants risquent-ils la précarité après votre divorce ?

La dynamique familiale subit parfois des changements majeurs qui peuvent redessiner la carte du bien-être économique des individus concernés, notamment les enfants. Une récente étude menée par France Stratégie et l’Institut national des études démographiques met en lumière les répercussions directes des séparations parentales sur le niveau de vie des enfants en France.

Une baisse de niveau de vie « immédiate et durable »

Le constat de l’enquête est préoccupant : après la séparation de leurs parents, notamment dans les cas où les enfants résident principalement avec leur mère, il a été observé une chute immédiate de 19 % de leur niveau de vie. Ces données, recueillies entre 2011 et 2019 auprès de 36 000 enfants, indiquent que cette décroissance économique n’est pas seulement instantanée mais s’inscrit dans la durée. En effet, cinq ans après cette rupture familiale, le niveau de vie de ces enfants demeure inférieur d’environ 12 % à leur situation financière antérieure. Les enfants vivant avec leur mère sont les plus touchés avec un déclin de 25 %, tandis que ceux vivant avec leur père connaissent une baisse de 11 %.

Les facteurs atténuants

Néanmoins, certains mécanismes permettent d’alléger le fardeau. Les allocations sociales, destinées aux familles modestes, jouent un rôle essentiel en fournissant une bouée de sauvetage financière, permettant ainsi au parent principal de maintenir certaines ressources. Les pensions alimentaires représentent un pilier supplémentaire pour les enfants issus de milieux plus aisés, contribuant significativement aux revenus du parent gardien. Finalement, la création d’une nouvelle union pour le parent ayant la charge de l’enfant peut offrir un rempart contre la baisse du niveau de vie, bien que cette situation ne concerne que 30 % des cas et cela, souvent six ans après la séparation initiale.

A lire aussi   Suicide à Clermont : Mobilisation urgente après la tragédie d'une ado

Laisser un commentaire

+ 11 = 16